Diagnostic de l'entreprise

Le cédant:

Interrogez-vous sur la personnalité et le rôle du cédant.

  • En premier lieu, vous devez savoir pourquoi il souhaite vendre son entreprise.
  • Le bon fonctionnement (et la bonne santé) de la société repose-t-il sur ses épaules ?
  • Quelles sont ses motivations, son savoir-faire, son charisme ?
  • Quels sont les risques liés à son départ au niveau du personnel, des clients et des fournisseurs ?
  • Sera-t-il prêt à appuyer le repreneur pendant la phase de "prise en main" de l'entreprise ?
  • Quel est son rôle principal au sein de l'entreprise ?

Le personnel:

Interrogez-vous sur les employés de l'entreprise à revendre.

  • Analysez l'organigramme, les contrats de travail, le taux d'absentéisme...
  • Les salariés-clés de l'entreprise, détenteurs du savoir-faire ou de relations importantes vous suivront-ils ? Quel est leur rôle et leur degré de responsabilité ?
  • Ne risquent-ils pas de partir et de créer leur propre activité concurrente ?
  • Seront-ils prêt à changer leurs habitudes pour s'adapter à une nouvelle organisation et de nouveaux objectifs ?
  • Certains salariés sont-ils proches de la retraite?
  • Quel est le niveau de rémunérations ?
  • Y a-t-il des contrats spéciaux de rémunération en cours (avantages acquis) ?

Le matériel et les stocks:

Vous devez analyser le matériel, les installations et les équipements de l'entreprise.

Vous devez aussi isoler le crédit-bail et la location financière et vérifier les normes.

Il faut vérifier l'état de l'installation électrique, des immobilisations.

Analysez aussi leur système d'information et regardez si l'entreprise possède des marques et/ou des brevets.

En ce qui concerne les stocks, il vous faut vérifier le stock tournant et le stock dit "mort". Si vous le pouvez, réalisez un inventaire contradictoire.

Il est important de connaître son stock dès la reprise de l'entreprise et de ne pas découvrir de mauvaises surprises une fois l'opération de reprise réalisée.

Le fonctionnement:

Regardez l'organisation de l'entreprise (fonctionnement administratif, commercial, production, logistique, SAV...). Cela passe entre autres par une analyse de l'organigramme.

  • Analyser la force de vente. C'est très important si l'entreprise est petite. Un mauvais vendeur ou une force de vente inadaptée représente un risque majeur pour une entreprise.
  • Identifiez les actions de communication et de promotion mises en œuvre par l'entreprise et en mesurer le retour sur investissement.
  • Établissez une synthèse de ce diagnostic pour évaluer les points forts et les points faibles de l'entreprise ainsi que les opportunités et menaces du marché.
  • Prévoyez les actions correctrices.

Les contrats

La reprise d'une entreprise entraîne automatiquement le transfert des éléments nécessaires à l'exercice de l'activité, y compris ses contrats. Le non-respect de certaines obligations peut avoir des conséquences graves pour la reprise.

Le diagnostic juridique est donc un exercice délicat à réaliser. Même s'il est recommandé au repreneur de prendre par lui-même connaissance des contrats et des clauses essentielles, l'assistance d'un conseiller est souvent recommandée.

Il faut analyser beaucoup de points différents :

  • Les contrats de location, notamment le bail de l'entreprise (durée, montant), conditions de paiement et de réévaluation de loyer, obligations contractuelles.
  • Les contrats d'assurances en cours, les conditions de ces contrats, les sinistres survenus, les risques non couverts...
  • La règlementation de l'activité et le respect des conditions d'exercice.
  • Les titres de propriété du matériel, des immeubles, des brevets et des marques...
  • Les contrats conclus avec les clients, fournisseurs ou sous-traitants.
  • Les difficultés, litiges et procès en cours ou prévisibles.
  • Les obligations sociales et discales : sont-elles bien remplies ?
  • Les avals, cautions et garanties données par l'entreprise et par le dirigeant.
  • Les conditions bancaires et les contrats des crédits en cours.

S'il s'agit d'une société, l'organisation juridique de la structure.

L'immobilier et l'implantation de l'entreprise. Pour certaines activités, ce point est capital : emplacement, stationnement, état des locaux, possibilités d'extension, de stockage, projets d'urbanisme, etc.